Espace membre

IA Leadership & management

Nous contacter

Aller au contenu

Trump, un dictateur ?

Refus d’imaginer une défaite, insultes, mensonges, manque d’exemplarité. « Autorité absolue », Signature personnelle sur un chèque de 1.200 $ envoyé à chaque américain modeste. Manipulation médiatique. Insultes, appel à la violence, fait du Prince : Trump Autocrate ou Trump souverain ?

A l’aube des élections américaines l’homme le plus puissant du monde assoie sa volonté de domination totale sur les Etats-Unis et la planète.

Attaques en série

Non content d’insulter le candidat démocrate, Monsieur Trump traine dans la boue Anthony Faucy, son très éminent Directeur des maladies infectieuses en le traitant de « désastre et d’idiot ». 

Ses proches et ses conseillers lui tournent le dos

De nombreux leaders Républicains proches de la Présidence sont contre un second mandat.Son ex-conseiller à la maison blanche, John Bolton est très critique envers le président. Il a une vision manichéenne du pouvoir, il ya les gagnants et les perdants. Il est en train de tomber du côté obscur de la force, il est en train de tomber du côté des perdants. Sans aucune pudeur, Donald Trump avait annulé sa visite au Cimétière américain en Fance arguant qu’il ne souhaitait pas s’y rendre car ce cimetière était rempli de « losers ».

Anthony Scaramucci, ancien directeur de la communication du Président Trump à la maison blanche appelle à voter pour le candidat démocrate Joe Biden ainsi que John Kasich, Républicain et ancien gouverneur de l’Ohio. Chuck Hagel, ancien secrétaire de la Défense, William Webster, ex diecteur de la CIA et du FBI et Michael Hayden ex CIA et NSA. Tous Républicains refusent de voir le président Trump être élu pour un second mandat.

Colin Powel, ancien secrétaire lâche Donald Trump après avoir travaillé 35 ans à ses côtés, ne supportant plus les mensonges du Président. Le Lincoln Project a été créé par des leaders républicains qui se sont déclarés publiquement hostile à un second mandat de Donald Trump.

La démocratie en danger

Tous les signes montrent que le Président Trump ne lachera rien.

Va-t-il accepter la défaite ?

Par ses paroles et ses actes, il anticipe des fraudes électorales. Jamais il ne reconnaitra qu’il a perdu.

Que va-til faire ? 

Va-til refuser de laisser le pouvoir ?  Fera-til appel à l’armée ?  Autant de questions qui se posent aujourd’hui à la veille des éléctions.  La démocratie internationale est en danger.

Trump : stratégie des alliances et manipulation

A l’affût depuis sa nomination, il est tapi dans l’ombre de la démocratie pour doucement instiller les signes qui ressemble de plus en plus à une dictature.

Trump et ses sbires

Après avoir placé ses pions : Ivanka Trump est employée non rémunérée de la Maison Blanche avec un rôle non défini, et devient, fait sans précédent, la Première fille conseillère d’un président américain. Son mari, gendre de Donald, Jared Krushner, est nommé « Haut Conseiller du Président ».

Trump : stratégie de l’attaque

Comme tout bon dictateur potentiel, il use et abuse de la manipulation par le mensonge et la menace. Plus de 16.000 mensonges à son actif et, il crie au loup dès qu’il se sent menacé. Son arme, agiter le drapeau sanguinolent des « fake news » et stigmatiser le diable : la presse.

Concernant la pandémie du Coronavirus. Il cherche des boucs émissaires pour justifier ses erreurs, la Chine tout d’abord – « Le Virus Chinois » 20/03/20 – Et, alors que les infections confirmées sont de plus de 2 millions, avec plus de 137.000 morts, il punit maintenant l’OMS – Organisation Mondiale de la Santé – qu’il accuse d’avoir mal géré l’épidémie en suspendant le financement américain de 400 millions de dollars annuels. Il communique abondamment sur les fautifs, pour couvrir sa gestion déplorable de la crise sanitaire aux USA : 644.000 cas et 28.000 décès. 14/04/20.

Comme tout bon meneur de guerre, il favorise exclusivement des partisans fanatiques en galvanise la xénophobie et le doute. Il ferme les frontières et érige un mur pour empêcher les migrants. Il rabaisse les experts. Le dernier en date étant Anthony Fauci, Docteur en médecine, Directeur de l’Institut national des allergies et maladies infectieuses  nommé à la cellule de crise de l’administration Trump sur le coronavirus (White House Coronavirus Task Force). Fidèle à ces phrases chocs d’animateur de téléréalité : FIRED, Donald retweete un message critiquant les propos de son Directeur : #FireFauci. 12/04/20

Son coup marketing de : un cadeau personnel adressé à chaque foyer modeste. La signature de Donald Trump apparaîtra sur les 1200 $ chèques envoyés par la poste aux américains à faible revenu et les ménages à revenu moyen, dans le cadre du plan de relance de 2 milliards de dollar.

Trump : souverain ?

Le 14 avril 2020, Trump affirme sans souffrir aucune contestation : “When somebody is the President of the United States, the authority is total”, « Lorsque l’on est Président des Etats-Unis, l’autorité est absolue ». 14/04/2020

L’estocade finale est donnée aujourd’hui. Donald Trump veut, pour la première fois dans la l’histoire constitutionnelle américaine utiliser un article qui lui permet d’annihiler la démocratie pour passer outre les 2 chambres du congrès et ainsi forcer la confirmation de juges et autres nominations au Sénat. Il prendrait seul et sans contrôle les décisions de nominations. 15/04/20. Donald Trump : un dictateur ?

Look et symboles du Président. Dans la continuité de sa sortie du bois, il arbore une chevelure argentée, avec un double objectif : montrer son empathie pour les « grey hair » en montrant qu’il souffre également et établir une posture plus digne pour l’investiture de 2020.

Le slogan pour sa campagne réélection en 2020 : Keep America Great. « Nous allons continuer à nous battre. Et nous allons continuer à gagner. »

Retrouvez-nous sur

Acteo utilise des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur. En utilisant notre site, vous consentez à l’utilisation de cookies conformément à notre politique en matière de cookies