Nous contacter

Tél : 09 51 03 22 83

Retour au bureau : le chef doit-il être plus conciliant ?

Difficile de reprendre son rôle de manager à l’issue d’un moment difficile. Quelle réaction avoir suite à un événement interne tel qu’une grève ou un accident ou simplement le retour de congés ou un évènement externe tel que le retour après confinement. Comment être présent sans être ni intrusif ni indifférent ? Faut-il être plus conciliant ou plus coulant ?

OUI

NON

Quand une équipe vit un évènement traumatisant, le manager se doit d’être à l’écoute et compréhensif pour accompagner ses collaborateurs dans la reprise.

Difficile de passer d’une situation de chômage partiel ou du 100 % télétravail et de reprendre les contraintes de la présence au bureau. Reprise des transports, horaires imposés et contraintes organisationnelles qui paraissent totalement superflues après une période de sevrage.

Au-delà d'un individu, c'est l'ensemble de l'organisation qui est touchée. Plus l’interruption ou la scission a été longue plus l'impact sera profond.

Faut-il accepter une baisse de régime dans le travail de son équipe ? Le manager qui fait le forcing, et veut reprendre le travail comme si rien ne s'était passé ne va pas rendre son équipe plus performante. Il faut donc anticiper, et mettre en place de nouvelles procédures qui guideront le service. C’est l’opportunité de repenser l’organisation, les modes de communication et de fonctionnement. Le chef doit retrouver sa place le plus vite possible.  Il se doit de restaurer au plus vite un sentiment de sécurité et s’inspirer du confinement pour mieux avancer : Quels sont les avantages et désavantages du télétravail ? Qu’est-ce qui a particulièrement bien fonctionné ?

Faites exprimer vos collaborateurs sur leurs envies et leur vision des choses et vous serez surpris de constater qu’ils auront pris du recul et trouveront un nouvel élan. Pourquoi ne pas proposer des horaires décalés ou lissants ? Comment impliquer l’équipe pour qu’elle s’approprie une organisation efficace et différente. Après tout c’est le moment de prendre du recul et de tester de nouvelles façons de communiquer et d’atteindre les objectifs. L’agilité et la flexibilité managériale sont nécessaire pour réussir le retour vers quelque chose de nouveau.

C’est l’opportunité de revoir les modes opératoires qui pourraient être bénéfiques pour l’ensemble du service, de l’entreprise et des collaborateurs pour une meilleure rentabilité.

Selon une étude de BNP Paribas Real Estate*, 38% des actifs souhaitent retourner sur leur lieu de travail, reprenant peu ou prou leur rythme d’avant confinement. Parmi les motivations du retour au bureau : le souhait d’une reprise de l’activité de l’entreprise (38%), les conditions matérielles de leur lieu de travail (32%), mais aussi l’envie de revoir ses collègues après une séparation de plusieurs mois (31%). Tout rentre dans l’ordre.

D’aucuns diront que le télétravail et le confinement ont été propices au relâchement et à l’arlésienne. Il suffit de voir la perception de l’absence des professeurs pendant le confinement : Jusqu'à 5 % des enseignants français n'auraient pas travaillé durant les mois de confinement, indique une enquête de France 2.

Mais ne nous leurrons pas, les collaborateurs qui se sont investis lors du confinement s’investissent au bureau, et les tires au flanc se feront tirer l’oreille pour reprendre le rythme d’avant. Alors, pas de raison, il faut reprendre les bonnes habitudes et les ancrages organisationnels qui ont fait leurs preuves.

C’est au manager de fixer le cadre, de s’assurer que les collaborateurs sont dans leurs missions et leurs objectifs et il sera toujours temps de lâcher du lest quand le rythme se sera rétabli. Maintenir un suivi régulier et le contrôle redonne du sens au travail et montre aux collaborateurs démotivés que l’on s’intéresse à eux. Le Manager et le bureau sont à la fois des repères et un lieu de rassemblement, qui rappelle physiquement l'existence de l'entreprise et permet aussi plus d'interactions informelles que le travail à distance.

C'est le manager et l’environnement professionnel qui permet aux collaborateurs de se former et de monter en compétences.

*Baromètre BNP Paribas Real Estate « Les Français à l’épreuve du confinement » - Télétravail, retour au bureau …… Quel est l’état d’esprit des français ?
Par Laurent Tylski - Directeur Général d'Acteo - paru dans le magazine Capital
Capital le magazine by acteoCapital Acteo formation management

Retour

Vous souhaitez nous contacter ?

Remplissez le formulaire ci-dessous.

close
Veuillez préciser votre demande
Ce champ est invalide
Ce champ est invalide
Ce champ est invalide
Ce champ est invalide
Ce champ est invalide