Faut-il dire à son patron que quelque chose cloche dans sa tenue ?

Dans la série des choses difficiles à dire à son chef, nous retrouvons pêle-mêle : la braguette ouverte, le morceau de Persil dans les dents, la mauvaise haleine, le mickey en équilibre sur l’aile du nez, la tache sur la chemise, les auréoles sous les aisselles ou le déo qui a lâché.

Lorsque mon chef se trouve, bien malgré lui, dans cette situation inconfortable et sans conscience, que dois-je faire ? Lui dire ou me taire ?

OUI / NON : L’oeil du coach

OUI 

Faites preuve d’assertivité et allez-y droit au but. Dites les choses avec humour ou en utilisant une métaphore. Le petit oiseau va sortir…. Je crois que tu as choisis la salade au self ce midi … Mickey est de retour. En associant le geste à la parole avec un sourire, vous ferez passer un message gentillé à votre boss. Evitez le regard appuyé vers la braguette, rien de plus gênant. Les histoires sans paroles fonctionnent bien également. Un léger mime de remonter la braguette avec la main suffira. Faites confiance à l’instinct et à la synchronisation en PNL*, faites le test : essuyez-vous le nez, votre boss fera automatique la même chose. Un pieu mensonge alertera l’intéressé : « Hou là, mon déo a lâché… » Le message sera vite perçu.  Au-delà de la relation professionnelle, c’est votre humanité et votre assurance qui vont s’affirmer. Mettez vous à sa place, que préféreriez-vous, qu’il vous le dise où passer la journée avec votre porte-monnaie ouvert ? Si nous sommes dans le domaine de l’intime, il s’agit de bienséance et de bon sens. Votre chef vous en saura gré et comprendra que vous êtes suffisamment en confiance, pour aborder avec lui, des sujets délicats. Devenez le sauveur de votre chef, en lui évitant de se retrouver en situation délicate face à son comité de direction.

NON 

Oser annoncer quelque chose d’aussi intime n’est pas dans la norme culturelle. Il est souvent inavouable d’exprimer cela auprès d’une relation professionnelle. Ce n’est ni votre rôle, ni votre mission. Les risques sont trop élevés. Prendre votre boss en défaut d’exemplarité va pointer une faiblesse, le mettre en situation d’infériorité et générer une frustration qu’il risque de ne pas accepter. Le jeu n’en vaut pas la chandelle, car, si votre patron et susceptible, il se sentira offensé et risque de vous le faire payer. Après tout, vous n’êtes ni son père, ni sa sœur. Cela reste du domaine privé. Alors, ni vu, ni connu, restez stoïque et ne pouffez pas de rire. En revanche, sachez maintenir la réserve nécessaire et évitez d’en parler à l’entourage. Si votre chef apprend que vous vous gaussez à ses dépens, le retour de manivelle sera redoutable.

 

 

*PNL : Programmation neurolinguistique

Laurent Tylski est directeur général d’Acteo 

 Linkedin google+

 twitter viadeo facebook

 

 


acteo consultingwww.acteo.frconsultingcoachingteam buildingtrainingconférences
laurent tylskiaccélérateur de changement coach de dirigeants
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire