Faut-il dire à un collègue qu’il fait trop de bruit ?

Faut-il dire à un collègue qu’il fait trop de bruit ?

80% des open spacers s’estiment parasités par le bruit. L’un écoute la radio, l’autre parle fort au téléphone, Jean Luc a la voix qui porte et Jeanine fait un bruit d’enfer avec son clavier. La pollution sonore due à des collègues inconséquents ou mal intentionnés est le fléau de l’open space.

OUI

L’œil du coach de dirigeants

La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres. Le niveau de décibel a dépassé votre tolérance auditive. Prenez votre courage à deux mains et soyez le garant de l’harmonie sonore de votre open space. Gravitez large et parlez du problème avec l’ensemble de l’équipe. S’il n’est pas le fauteur de trouble, mettez votre manager dans la boucle.

 

Posez-vous en facilitateur et amenez vos collègues à déterminer une « Zone silence » pour le bien de tous. Prenez le prétexte du stage de troisième de votre fils pour créer un sondage sur les nuisances au travail. L’idée est de conscientiser tous les collègues sans être obligé de viser une personne en particulier.

 

Si vous n’avez pas le soutien de votre hiérarchie, Invitez votre collègue à déjeuner : « Tiens, j’ai besoin de ton avis à propos de quelque chose. Je sais que travailler dans un espace réduit et bruyant peut-être difficile. Que puis-je faire pour améliorer ton confort au travail, étant donné que nous travaillons si près l’un de l’autre ?

2/3 des collaborateurs en entreprise sont en open space

 

80% des open spacers s’estiment parasités par le bruit

 

 L’œil du coach de dirigeants

Vous évitez le conflit ! Il normal de souhaiter une bonne ambiance, d’être apprécié de ses collègues et de ne pas avoir l’air difficile à vivre. Alors taisez-vous ! Mettre le sujet sur le tapis, c’est le meilleur moyen de vous mettre le, bavard, bruyant indiscret de l’étage à dos.

Il peut vous faire vivre un enfer si vous le contrariez. Le remède sera pire que le mal, si vous lui en parlez il fera encore plus de bruit. Alors NON, NON et NON, n’ébruitez pas votre irritation ! Après tout vous souffrez peut-être d’hyperacousie !

Investissez dans un casque à Réduction de Bruit ou des écouteurs. Voyez avec votre hiérarchie ou les RH pour installer des matériaux procurant une meilleure isolation phonique. Tapis et moquette sur le sol, mousses acoustiques au plafond, murs végétaux, cloisons, etc…

Ou soignez le mal par le mal : Des études en acoustique montrent que lorsque l’on rajoute un fond sonore à un environnement bruyant, ce dernier semble plus silencieux. Il suffit donc de rendre les discussions inaudibles grâce un bruit de fond qui, lui, ne déconcentre pas.

 

Laurent Tylski est directeur général d’Acteo 

 Linkedin google+

 twitter viadeo facebook

 

 

 


acteo consultingwww.acteo.frconsultingcoachingteam buildingtrainingconférences
laurent tylskiaccélérateur de changement coach de dirigeants
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire