Coach de dirigeant

Votez comme moi, c’est moi qui l’exige ! Par Laurent Tylski – Coach de dirigeants

Du rififi politique au pays des viennoiseries

Le fondateur de Paul se fait le porte-parole politique de ses employés : « Je suis Francis Holder, fondateur des boulangeries Paul […] et je suis ici en tant qu’ambassadeur des 14 000 collaborateurs de l’entreprise. […] « J’ai décidé de voter pour Monsieur Fillon @FrancoisFillon » 

La politique devient le terrain de jeu des dirigeants et ils imposent à leurs salariés d’en être les joueurs. Après Jean-Luc Petithuguenin PDG de Paprec qui adresse un courrier à l’ensemble de ses 4.500 employés pour les mettre en garde contre Madame Le Pen, Monsieur Holder distribue ses opinions politiques comme des petits pains. Chacun d’entre eux s’octroie le totem d’immunité pour éviter le conseil. Sauf que nous ne sommes ni sur TF1 dans l’émission Koh-Lanta, ni dans un jeu. L’immunité proclamée ne fonctionne jamais.

Boycott Paul & Ladurée

Problème : la propagande politique ne prend pas sur le plan communautaire. Pour preuve, un  hashtag #BoycottPaul a été mis en ligne hier pour boycotter les produits de la boulangerie Paul. L’enseigne Ladurée, faisant partie du même groupe, est également blacklistée. . C’est une communication digitale contre productive, pour ces entreprises et pour le candidat.

Des collaborateurs mécontents

Statistiquement, en retirant les indécis, au moins 50 % des employés de PAUL n’iront pas voter pour François Fillon. Ils le font savoir et affichent qu’ils se sentent manipulés par leur dirigeant.

Une communication désastreuse  

Si nous pouvions nous poser la question du bien fondé d’un coup de pub étudié pour faire le buzz par le PDG de Paprec, nous pouvons raisonnablement douter de la volonté d’une campagne de communication orchestrée par le Patron des Boulangeries Paul : Il suffit de voir la piètre qualité de la vidéo mise en ligne : Son en direct, déplorable, sans micro et sans preneur de son. Vent dans les voiles qui font s’envoler les propos du dirigeant.

Un ordre de vote

Si, chez PAPREC, la décision d’adresser un courrier pour mettre en garde les salariés contre un candidat est contestable, que dire alors de la consigne à peine dissimulée du maître boulanger à ses équipes ?

Des valeurs bafouées

Nous sommes loin des valeurs prônées par la société qui affiche comme valeur principale : « L’esprit d’Entreprise : Chez PAUL, vous êtes acteur de votre développement. » Comment peut-on être acteur de son développement lorsque le PDG parle au nom de ses collaborateurs en leur prêtant des intentions de vote qui ne correspondent pas à leurs idées ?

 Tout dirigeant, comme tout collaborateur est un citoyen qui a le droit d’avoir ses propres opinions.

Moins qu’un outil de communication, imposer ses opinions politiques à ses collaborateurs est une faute qui entache durablement la confiance et la motivation de ses troupes.

L’opinion politique, contrairement aux viennoiseries, ne se standardise pas. Et certains aiment les croissants, d’autres préfèrent les pains aux chocolats !

Lien vers la VIDEO sur LCI

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire