Jean-Luc Mélenchon, entre communication traditionaliste et coup de pub médiatique – L’avis du coach

Un coup de maître. Être le premier à valoriser sa communication par un outil technique novateur. Un coup double qui bénéficie au frontiste pour la course à la présidentielle.
La communication de Jean-Luc Mélenchon décryptée

https://youtu.be/XlnQ801wWf4
Il y a dans l’armement du leader du Front de gauche des axes de communication d’une redoutable efficacité dont devraient s’inspirer bien des dirigeants d’entreprise. Tribun innovant  et à la pointe de la techno, il apporte une nouveauté très remarquée par les médias. Toutefois son talent évident masque de vrais points de progrès. L’analyse Laurent Tylski, coach de dirigeants, conférencier professionnel spécialiste en communication orale*.

En meeting, il est très bon. Bien sûr son public lui est conquis, mais cet orateur sait faire vibrer son auditoire, le captiver, le galvaniser. La dimension holographique apporte une touche surnaturelle intéressante et efficace. On sent qu’il travaille sa communication non verbale, voire même qu’il l’a adaptée à l’hologramme. Il maîtrise parfaitement sa voix, son rythme, ses intonations. Ancien professeur en philosophie, adepte des amphithéâtres,  il aime s’exprimer en public et déclame tel l’acteur de théâtre vivant et éloquent. Sa limite est dans le fond et les techniques de manipulation où il attaque les sujets systématiquement sous le même angle, façon disque rayé. A totalement éviter dans le milieu professionnel de l’entreprise.

Voir l’article en ligne dans l’Express.

  • 7 points clés qu’il reprend de ses interventions de 2012 :

    1. Le vocabulaire percutant. Particulièrement concret
    2. Les verbes à l’impératif et le « nous » associatif
    3. L’exemple pour étayer son propos et son implication personnelle par le « je »
    4. Une véritable dialectique : Un français parfait et une syntaxe impeccable
    5. Un rythme exceptionnel qui passe particulièrement bien en vidéo et donc en hologramme
    6. Une gestuelle ample et des déplacements mesurés en fonction de la taille de son écran holographique
    7. Par rapport à 2012, il a su se détacher totalement de son pupitre : Il sort de sa valeur refuge pour se projeter dans le présent et le futur

  • En bref : Mélenchon accélère sa campagne, tant sur le fond que sur la forme.

    Son discours, très axé sur les « frontières de l’humanité », se distingue des marronniers classiques d’une campagne présidentielle. Même dans le fond il a réussi à caser l’importance du numérique.

* Laurent Tylski – www.acteo.fr – Fondateur de l’Association Française des Conférenciers Professionnels.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire