Débat Présidentiel : Emmanuel Macron l’hydre à deux têtes mi-Sarkozy, mi-Hollande

Conseils à Emmanuel Macron pour s’imposer lors du débat du 3 mai

Par Laurent Tylski – Coach de dirigeants, expert en communication

Emmanuel Macron : L’hydre à deux tête, mi Sarkozy dans sa communication non verbale et mi Hollande dans sa tessiture de voix. Pour gagner face à Marine Le Pen, Emmanuel Macron devra sortir de sa posture « premier de la classe » lors du débat du 3 mai arbitré par Nathalie Saint-Cricq et Christophe Jakubyszyn.

« Sur la défensive, Emmanuel Macron sera presque à contre-emploi face à Madame Le Pen lors du débat du second tour. Jeune, inexpérimenté, il bascule vite dans la justification et dans une posture d’enfant pris en faute », souligne Laurent Tylski*, coach de dirigeants, spécialiste de la communication orale. Ses principaux points forts et de points de vigilance.

1. Les atouts d’Emmanuel Macron :

  • Sa sympathie, c’est le genre idéal

  • Le jeune premier valeureux, est avenant et souriant. En position de force il est capable de s’emballer et de montrer une force de conviction positive lorsqu’il est en zone de confort. Courtois et bien élevé, il a une attitude posée. Il sait s’engager personnellement en mettant en avant sa volonté de changement.
  • Sa préparation.

  • Doté d’une excellente mémoire, c’est un bon élève qui a mûrement préparé chacun de ses sujets. Les arguments sont appris par cœur et ses conseillers l’ont préparé aux techniques de gestion des objections. Si la technique est présente, néanmoins l’attitude peut parfois être décalée.
  • Un pur esprit.

  • En homme intelligent et brillant. Il sait argumenter avec des chiffres et des dates et étaye ses démonstrations avec des exemples précis.
  • Séducteur.

  • Emmanuel Macron a de nombreux codes inconscients de séduction. Lorsqu’il est à l’aise ou en situation confortable, son visage est radieux et son sourire très ouvert. Son côté jeune homme, mari aimant le rend attachant et suscite confiance et empathie.
  • Une manière très expressive de s’exprimer.

  • Une gestuelle haute, des mains à la hauteur du visage qui lui donne une posture dynamique.

2. Les travers d’Emmanuel Macron :

L’ancien banquier d’affaires, diplômé de philosophie, passé par l’ENA Strasbourg, se perd parfois son auditoire à coups de vocabulaire soutenu et de raisonnements improbables. Il est fort à parier que Madame Le Pen va réitérer son attaque directe à Emmanuel Macron pour lui montrer qu’il n’est pas crédible et que son projet manque de conviction : « Vous avez un talent fou, vous arrivez à parler sept minutes, je suis incapable de résumer votre pensée, vous n’avez rien dit, c’est le vide absolu, sidéral. » Autant, Emmanuel Macron peut-être bon dans l’exercice oratoire autant peut-il perdre ses moyens dans le face à face : Il sait difficilement encaisser les coups et se laisse facilement déstabiliser.

  • Un regard écarquillé.

  • Au global, il a un assez mauvais contact visuel. Son regard manque d’expression et d’émotion. Il cligne peu des yeux ce qui le rend mécanique. Il gagnerait à plisser les yeux lorsqu’il énonce une idée clé. Cela donnerait beaucoup plus de conviction et de puissance à son propos. Son regard au lieu de s’adresser à l’auditoire, se concentre sur la caméra . tente de parler à la caméra, c’est un regard concentré et non celui d’un communicant.
  • Un mouvement d’épaule incontrôlé

  • Une communication non verbale scandée par des mouvements d’épaule répétitifs tels ceux de Nicolas Sarkozy. Cela dénote, chez lui, une tension et un malaise. Il bouge peu son corps et ses mains peuvent prendre une attitude tranchante lorsqu’il se sent attaqué. Attention gestuelle agressive ou il met la main en avant avec la main en tranchant comme pour couper la parole Attention : pointe du doigt lorsqu’il s’exprime ce qui donne un sentiment d’attaque
  • Une voix qui monte dans les aiguës.

  • Presque fautif, sa voix monte dans les aigues et il termine systématiquement ses phrases en remontant. Malgré l’entraînement et les conseils avisés de son coach de voix, Emmanuel Macron a gardé ce travers propre à François Hollande. Une inflexion de sa voix vers le bas en fin de phrase, lui donnera une stature plus virile et plus confrontant face à Madame Le Pen.
  • Tics de langage :

  • « Pardon de vous le dire », « Je vais être très clair », « que ça vous plaise ou non », « en même temps ».  A corriger urgemment.
  • Beaucoup de justifications.

    Il se justifie souvent dans sa communication : « pour ce qui me concerne , rien n’était écrit je ne fais pas partie de la vie politique depuis plusieurs années ou décennies je suis la parce que j’ai travaillé » Certes, il souhaite montrer sa différence, pour autant, nous pouvons y voir une justification sur son age et sa capacité de travail…. Cela marque ses limites. Lorsqu’il se justifie, qui tente-t-il de rassurer ?

  • La négation.

  • Une communication et un début de phrase qui commence souvent par le négatif. Énormément d’utilisation du .« NE PAS », « N’A PAS », avec le point culminant du « NE VOUS EN DEPLAISE ».

Suggestions du coach pour le débat du 3 mai

Se méfier des attaques que ne manquera pas de formuler Madame Le Pen. Prendre son temps avant de contrecarrer. Utiliser l’humour pour se sortir d’une mauvaise passe et surtout, surtout, surtout ne pas se justifier pour ne pas se sentir acculé et en position d’infériorité. Poser son regard sur son adversaire. Sourire et répondre de façon purement factuelle, sans émotion. Prendre en exemple la posture de François Fillon. Se positionner en père nourricier plutôt qu’en enfant face aux railleries de Madame Le Pen.

Délaisser la posture scolaire pour trouver celle du leader.

Emmanuel Macron

macron

*Coach de dirigeants, Laurent Tylski est par ailleurs fondateur de l’Association Française des Conférenciers Professionnels.

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire